octobre 17

Sysiphe n’existe pas mais le bonheur?

20131017-183046.jpg Camus a interprété le mythe de Sisyphe qui roule sa pierre en haut de la montagne et recommence sans cesse. Il est pris par la contrainte comme la plupart des salariés…mais en redescendant, il a du temps pour lui, le temps de respirer, de regarder, écouter, rêver…il a raison au-delà des contraintes et de l’asservissement brutal, il y a moyen d’être heureux, un peu, parfois et ces moments sont vitaux. Quelles que soient les contraintes ne laissons pas passer ces moments de liberté propice au rêve éveillé, moteur de nos aspirations et du courage de les poursuivre.

Publicités